Grâce à la mobilisation, le pouvoir change de ton et présente un bricolage reportant les décisions à après les élections. Il dit comprendre que les Français veulent qu’il accélère alors que les #GiletsJaunes portent un message clair : qu’il cède ou qu’il parte. #Macron #moratoire

— Adrien Quatennens (@AQuatennens) December 4, 2018